• Home
  • 8 enfants sur 10 dans nos projets belges grandissent avec un de leurs frères et sœurs biologiques

Familles en Belgique

8 enfants sur 10 dans nos projets belges grandissent avec un de leurs frères et sœurs biologiques

Cela fait plus de 50 ans que nous accueillons en Belgique des enfants qui ne peuvent plus grandir chez leurs parents. Parmi eux se trouvent de nombreuses fratries : près de 80 % des enfants dans nos projets belges grandissent ainsi avec au moins un de leurs frères et sœurs.

8 op 10 kinderen in onze Belgische projecten groeien samen op met broers of zussen

Rire, papoter, jouer ou même se disputer entre frères et sœurs : pour beaucoup d’enfants, cela fait partie du quotidien. Mais ce n’est pas aussi évident pour ceux qui ne peuvent plus vivre chez leurs parents.

Des fratries trop souvent séparées

Bien que les chiffres exacts ne soient pas connus, il est très fréquent que les frères et sœurs se retrouvent séparés les uns des autres lorsqu’ils ne peuvent plus vivre chez leurs parents. Il est en effet souvent difficile d'accueillir la fratrie dans le même foyer.

À la difficulté de quitter leur maison et de perdre leurs repères s’ajoute donc la souffrance de ne plus grandir dans le cocon rassurant de leur fratrie.

« C’est une double peine. C’est ébranler ce qui les fait tenir debout dans cette période difficile», s’inquiète Bernard De Vos, délégué général aux droits de l’enfant de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La relation fraternelle est unique

La relation fraternelle est extrêmement importante pour le bon développement des petits comme des grands. Vivre ensemble apprend aux frères et sœurs à se soucier des autres, à nouer des relations équilibrées et à respecter les limites de chacun.

Les frères et sœurs partagent aussi une histoire familiale commune qui favorise la création de liens solides : ils sont là les uns pour les autres et se soutiennent dans les bons et les mauvais moments. Cela procure aux enfants un sentiment de sécurité très fort. Il est donc capital de leur permettre de grandir sous le même toit.

Nos actions pour les frères et sœurs

SOS Villages d’Enfants veut éviter aux enfants de subir le traumatisme d’une séparation avec leurs frères et sœurs. C’est pourquoi nous soutenons la récente proposition de loi de Bernard De Vos, qui souhaite que le droit à ne pas être séparé de ses frères et sœurs soit inscrit dans le Code civil.

La relation fraternelle est extrêmement importante pour le bon développement des petits comme des grands.

Bernard de Vos

Mais cela fait plus de 50 ans que nous agissons concrètement pour que les fratries restent unies. Dans notre Village d’Enfants SOS Chantevent, situé près de Marche-en-Famenne, nous mettons un point d’honneur à ce que les frères et sœurs grandissent ensemble au quotidien, dans la même maison : 8 enfants sur 10 grandissent avec leur fratrie.

Notre approche est identique à Hejmo, notre maison d’accueil pour mineurs réfugiés non accompagnés : 7 de « nos » 9 jeunes sont ainsi entourés de leur fratrie. Car, à des milliers de kilomètres de leur pays natal, préserver le lien fraternel qui les unit est d’autant plus précieux pour les enfants.

Nous développons également un nouveau programme d’accueil innovant pour de jeunes frères et sœurs entre zéro et trois ans : les parents Simba. L’objectif ? Permettre à toujours plus de fratries de grandir ensemble dans un foyer chaleureux.

Chaque enfant a besoin d'une famille pour bien grandir.

Devenez parrain ou marraine