• Home
  • Mettre en place des pratiques de prise en charge sensibles aux traumatismes vécus par les enfants

België

Mettre en place des pratiques de prise en charge sensibles aux traumatismes vécus par les enfants

Trois enfants sur quatre ont vécu un événement traumatisant avant de se retrouver dans un service de l’aide à la jeunesse. Nous voulons fournir aux professionnels du secteur de l’enfance les outils pour que les éventuels traumatismes vécus reçoivent l’attention nécessaire dans l'encadrement quotidien et que les enfants se sentent soutenus pour y faire face. Parce que les enfants ont besoin d'un endroit sûr pour grandir.

150 professionnels

du secteur de l’enfance de différents domaines réfléchissent ensemble aux conséquences des traumatismes et aux moyens de soutenir les enfants qui en sont victimes.

160 travailleurs sociaux

sont dotés d’outils pour accompagner les enfants et les adolescents dans leur vie quotidienne en mettant en place des pratiques sensibles aux traumatismes.

Connaissances

Nous rassemblons dans un guide les connaissances sur les pratiques sensibles aux traumatismes.

Pratiques

Nous transformons les pratiques sensibles aux traumatismes en pratique quotidienne dans notre propre organisation.

Les recherches montrent que trois enfants sur quatre placés dans un service de l’aide à la jeunesse sont exposés à un traumatisme vécu dans l’enfance* avant leur placement. Cela peut avoir des conséquences majeures sur leur développement et leur bien-être mental et psychosocial.

« La négligence, la violence ou les abus, qu'ils soient le fait de pairs ou d'adultes, peuvent causer de graves traumatismes chez les enfants. Lorsqu'ils sont blessés par des adultes qui devraient les protéger et s'occuper d'eux, ils peuvent se couper du monde et le voir comme un endroit dangereux », explique Adeline Puerta, coordinatrice du projet. « Ils peuvent parfois avoir plus de mal à faire confiance aux adultes ou à nouer des relations étroites. Les expériences traumatisantes peuvent également avoir un impact sur leurs performances scolaires et sur la régulation des émotions et du comportement. »

Les traumatismes qui ne sont pas traités peuvent encore avoir des conséquences graves durant leur vie d'adulte. Par exemple, les enfants qui ont été victimes d'abus semblent être trois fois plus exposés au risque de suicide**. Sans une supervision adéquate, les enfants peuvent subir les conséquences d'un traumatisme tout au long de leur vie.

Des lieux sûrs et respectueux pour des enfants épanouis

Nous voulons que les enfants ayant vécu un traumatisme trouvent une place sûre dans les services de l’aide à la jeunesse, où des éducateurs et d'autres professionnels de secteurs connexes (système judiciaire, écoles, clubs de sports…) les aident dans leur recherche de stabilité et de rétablissement. Aujourd'hui, les connaissances des professionnels sur les traumatismes sont parfois encore trop limitées. Alors qu'avec un bon encadrement, les enfants peuvent s'épanouir et reprendre confiance en eux.

« Les enfants peuvent faire preuve d’une grande résilience. Avec un bon encadrement, ils peuvent donner une place aux traumatismes et se développer pleinement. »

Adeline Puerta, coordinatrice du projet

Formation sur les traumatismes pour les professionnels du secteur

Avec le soutien de l'Union européenne, nous avons la possibilité d'organiser, en collaboration avec SOS Villages d'Enfants International, une série de sessions de formation pour les professionnels du secteur. Pour l'élaboration des cours de formation, nous travaillons en étroite collaboration avec le Centre d'excellence pour les soins et la protection des enfants (CELCIS). Nous mettons en commun les connaissances sur la reconnaissance, la compréhension, le respect et la réponse appropriée aux traumatismes vécus dans l'enfance. Qu'est-ce qu'un traumatisme ? Comment détecter les traumatismes dans les comportements dits "difficiles" des enfants ? Comment faire en sorte que l’accompagnement soit réellement sensible aux traumatismes dans la vie quotidienne ? Se concentrer sur les relations de prise en charge, informer les jeunes sur la façon dont les choses se passent, chercher avec les enfants un langage pour décrire ce qui se passe en eux, chercher ensemble des possibilités de rétablissement... Et ce, tous les jours.

Nous travaillons également en collaboration avec deux jeunes adultes ayant bénéficié d’une prise en charge dans un service d’hébergement agréé par l’aide à la jeunesse. Ils représentent la voix des jeunes et seront impliqués tout au long du projet. Quels sont leurs besoins ? Comment les professionnels de l'aide à la jeunesse peuvent-ils prêter attention aux traumatismes ?


Les formations seront disponibles au printemps 2021 :

  • 150 professionnels de différents secteurs (éducation, sport, justice, aide à la jeunesse et soins de santé) seront formés grâce à notre cours en ligne. Dans ce cours, nous offrons des informations de base sur les traumatismes (et leurs effets) et les moyens de soutenir les enfants.
  • 160 travailleurs sociaux qui s'occupent quotidiennement d’enfants seront formés grâce à nos neuf formations en présentiel dans toute la Belgique. Dans ces formations, nous proposons des connaissances et des compétences pour accompagner les enfants et les adolescents dans leur quotidien en mettant en place des pratiques sensibles aux traumatismes.

Mise en pratique : les services d'aide à la jeunesse mettent en place des pratiques sensibles aux traumatismes

Nous mettons en pratique les connaissances acquises grâce à un guide pratique et à des ateliers dans le cadre de nos propres projets en Belgique, et espérons encourager d’autres organisations à faire de même. Nous voyons le projet comme une opportunité de travailler avec d'autres organisations de l'Aide à la jeunesse, afin de faire évoluer le secteur de manière positive.

Vous souhaitez rester informé·e sur ce projet ?

Si vous souhaitez être informé· sur les formations et les autres activités de ce projet, veuillez laisser vos coordonnées ici.

Dans ce projet, nous travaillons avec nos collègues de SOS Villages d'enfants International, de SOS Villages d'enfants en Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie et Serbie, et du Centre d'excellence pour les soins et la protection des enfants (CELCIS) de l'Université de Strathclyde (Écosse) pour partager les connaissances et renforcer l'impact autant que possible dans différents pays. Cliquez ici pour le site web international du projet "Des lieux sûrs pour des enfants épanouis : mettre en place des pratiques de prise en charge sensibles aux traumatismes vécus par les enfants".


Références :

* Adverse Childhood Experience (ACE)

** Hilde Van Mieghem lors de l'audition sur la maltraitance des enfants à la Commission du bien-être, de la santé publique, de la famille et de la lutte contre la pauvreté du Parlement flamand, le 3 juin 2020.


Le contenu de cette page ne représente que l'opinion de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues dans ce document.




Chaque enfant a besoin d'une famille pour bien grandir.

Devenez parrain ou marraine