• Home
  • Agir pour améliorer l’accueil et l’accompagnement des tout-petits

Travail politique

Agir pour améliorer l’accueil et l’accompagnement des tout-petits

Tous les experts sont d’accord : un milieu aimant, répondant aux besoins physiques et émotionnels de l’enfant, est essentiel pour son développement. Surtout chez les tout-petits. Un déficit à ce niveau peut avoir de graves conséquences pour le reste de la vie. SOS Villages d’Enfants agit pour offrir le meilleur accueil et le meilleur accompagnement possibles, afin que les jeunes enfants qui vivent des situations familiales difficiles grandissent dans des conditions plus favorables.

Ijveren voor betere opvang en begeleiding van de allerkleinsten 1

Avec ses projets d’accueil pour les enfants dans le monde entier, SOS Villages d’Enfants sait combien sont importants les soins et l’attention aimante d’un parent. Aujourd’hui encore, nous le constatons chaque jour dans nos projets : les enfants qui ont manqué de soins et d’attention au cours des premières années de leur existence, qui ont été négligés ou maltraités, en subissent longtemps les conséquences. Car les mille premiers jours d’un enfant, de sa conception jusqu’à son deuxième anniversaire, sont cruciaux pour son développement. C’est au cours de cette période que :

  1. nous développons toutes nos fonctions vitales,
  2. nous construisons les bases d’un attachement sécurisant,
  3. et que notre cerveau établit sans cesse des connexions pour la suite du développement physique, émotionnel et cognitif.

Lorsque de jeunes enfants grandissent sans les soins, l’amour et l’attention d’au moins un parent, ce développement est gravement compromis.

Innover dans l’accueil et l’accompagnement

Forts de notre expérience dans l’aide aux enfants en situation familiale difficile, nous agissons, en Belgique et dans quantité d’autres pays européens, pour améliorer l’accueil et les soins des enfants, et spécialement des tout jeunes. Nous nous concentrons sur ceux qui ne peuvent compter que trop peu, voire pas du tout, sur les soins d’au moins un parent. Nous détectons les faiblesses du système d’aide actuel et cherchons, en collaboration avec les pouvoirs publics et les autres partenaires de l’aide à la jeunesse, comment innover pour améliorer structurellement le réseau de soutien. Il peut tout aussi bien s’agir de renforcer les parents dans leur rôle d’éducateurs que d’accueillir effectivement des enfants dans un cadre aimant.

Parents forts = enfants forts

La famille d’origine est toujours le meilleur endroit où grandir, pour un enfant. Si cette famille a suffisamment de potentiel pour assurer des soins aimants aux enfants, nous commençons toujours par travailler avec elle. Nous examinons quels éléments font obstacle et cherchons des solutions avec la famille. Parfois, les difficultés ont pour origine la pauvreté et le stress, ou la toxicomanie, des difficultés psychologiques, des traumatismes non surmontés… Notre objectif est de rendre les parents suffisamment forts et dotés de bonnes aptitudes pédagogiques pour qu’ils élèvent leurs enfants dans de bonnes conditions.

La capacité de résilience des enfants

Quand la situation familiale met gravement en péril la sécurité des enfants, il est important d’agir vite et bien. Cela veut dire : leur offrir un lieu où ils sont en sécurité, loin de la violence et du stress, où leurs besoins essentiels sont assurés et où ils peuvent s’attacher à un adulte fiable. On accroît ainsi leurs chances de bien se développer. Car les jeunes enfants sont certes très vulnérables, mais ils sont aussi ouverts et capables de résilience. En Europe comme ailleurs, l’accueil de ces enfants en dehors du milieu familial est souvent peu adapté à leurs besoins spécifiques. SOS Villages d’Enfants se présente comme un partenaire innovant, désireux d’améliorer l’accueil et l’accompagnement de ces enfants, en collaboration avec les pouvoirs publics et divers partenaires de l’aide à la jeunesse.

Accueil des enfants abandonnés au Kosovo

Au Kosovo, il règne aujourd’hui encore un véritable tabou à propos des enfants nés hors mariage. Il arrive dès lors fréquemment qu’on les abandonne à la naissance. Pour beaucoup, il n’existe pas d’accueil approprié, de sorte qu’ils restent souvent des mois à l’hôpital. Mais là, il n’y a personne pour leur offrir l’amour et les contacts dont les tout jeunes ont tant besoin.

Notre directrice, Hilde Boeykens, a elle-même été témoin de cette situation voici quelques années. « Comme il n’y a personne pour réagir à leurs tentatives de contact, la plupart des bébés sont trop peu développés et très passifs pour leur âge. Sans l’amour d’un adulte attentionné, les enfants ne peuvent tout simplement pas grandir. » C’est pourquoi SOS Villages d’Enfants a ouvert trois maisons familiales dans la capitale, Pristina. Les enfants y reçoivent les soins d’une mère SOS, tandis que nous leur cherchons le meilleur lieu où grandir. À Pristina, SOS Villages d’Enfants est la seule organisation qui offre ce genre d’accueil.

Des centres d’éducation pour jeunes enfants en Espagne

En Espagne, SOS Villages d’Enfants organise cinq « Centro de Educación Infantil » pour les familles en situation précaire avec des enfants de zéro à trois ans. Les petits peuvent y passer la journée dans un cadre sûr, affectueux, où l’on répond à leurs besoins physiques, émotionnels et sociaux. Dans le même temps, nous faisons un travail avec les parents : nous examinons les difficultés que rencontre la famille : logement, travail, bien-être psychologique… et cherchons ensemble des solutions. Nous voulons ainsi renforcer les parents dans leur rôle d’éducateurs pour que les enfants retrouvent à long terme un foyer sûr auprès de leurs parents d’origine.

Thérapie intensive pour les enfants souffrant de troubles du comportement en Lituanie

En Lituanie, les enfants souffrant de troubles complexes (trouble de l’attachement, comportement inquiétant, charge émotionnelle) sont en général internés dans des hôpitaux psychiatriques. Leur traitement y est symptomatique et principalement médicamenteux. Dans nos différents villages d’enfants en Lituanie, il nous est aussi arrivé d’observer le phénomène chez les enfants que nous accueillons. Nous nous sommes alors inspirés des connaissances et des pratiques de la Norvège et de l’Allemagne, entre autres, pour créer un centre qui recherche les causes de ce comportement. Il s’agit très souvent de traumatismes non surmontés durant les premières années de vie : négligence ou violence, perte d’un parent… Grâce à une thérapie intensive, nous aidons les enfants à gérer ces traumatismes, au lieu d’en réprimer les symptômes.

Un nouveau type de maison d’accueil pour les tout-petits en Flandre

En Flandre aussi, le secteur de l’aide à la jeunesse reconnaît la nécessité d’un accueil différencié pour les jeunes enfants, répondant mieux à leurs besoins spécifiques. C’est dans ce contexte que les autorités flamandes ont confié à SOS Villages d’Enfants le lancement d’un projet pilote basé sur un type d’accueil et d’accompagnement qui n’existe pas encore en Flandre. Dans cette nouvelle formule, deux figures parentales fixes offrent un environnement familial de petite échelle à un ou deux enfants (de 0 à 3 ans). Un des parents travaille pour SOS Villages d’Enfants, tandis que l’autre participe lui aussi activement au projet.

Chaque enfant a besoin d'une famille pour bien grandir.

Devenez parrain ou marraine