• Home
  • Tina partage son expérience en tant que parent Simba

Familles en Belgique

Tina partage son expérience en tant que parent Simba

Nous vous parlions l’an passé du développement d’une nouvelle forme d’accueil : les « parents Simba », des parents d’accueil professionnels qui prennent en charge deux à quatre jeunes enfants ne pouvant temporairement plus grandir auprès de leurs parents. Tina a été la première à rejoindre notre projet en avril 2019. Après un an et demi en tant que parent Simba, elle partage avec plaisir son expérience.

Schermafbeelding 2020-10-28 om 15

« Nous offrons aux tout-petits un environnement sûr où chacun se sent à sa place »

Tina, notre premier parent Simba

Un manque d’accueil à petite échelle

« Après avoir participé à une séance d’information sur le projet Simba avec mon mari Philippe, j’ai directement eu la sensation que je devais y prendre part, explique Tina. Nous étions convaincus qu’une nouvelle forme de prise en charge des tout-petits était nécessaire. »

600 jeunes enfants environ grandissent aujourd’hui dans des groupes de vie dans l’Aide à la jeunesse en Flandre. Certains d’entre eux vivent dans de grandes institutions au sein desquelles ils ne trouvent pas toujours l’amour et l’affection dont ils ont besoin. « Même si je suis persuadée que toutes les personnes qui travaillent dans l’Aide à la jeunesse font de leur mieux pour les enfants, il est plus difficile d’offrir une prise en charge personnalisée dans des collectivités de grande taille ou dans des groupes où les âges varient fortement. »

« Nous pouvons donner à chaque enfant un accompagnement et une attention individualisés. »

Tina

Permettre à chaque enfant de se sentir en confiance

Ce constat a incité SOS Villages d’Enfants à dialoguer il y a quelques années avec l’agence flamande Opgroeien et à plaider, avec le secteur, en faveur d’un changement : une nouvelle forme d’accueil à petite échelle pour des jeunes enfants entre zéro et trois ans qui ne peuvent momentanément pas vivre avec leurs parents. Grâce à la confiance et au soutien de l’agence Opgroeien, nous avons pu lancer le projet pilote des Maisons Simba en avril 2019.

Les parents Simba accueillent les tout- petits à la maison, 24 heures sur 24, en veillant à leur bon développement tout en leur apprenant à tisser des liens d’attachement stables. Ils ont à la fois le temps et les compétences pédagogiques nécessaires pour soutenir les enfants et leurs parents de la meilleure manière possible. Ce sont actuellement dix enfants qui trouvent un foyer chaleureux auprès de nos quatre parents Simba.

Tina : « Je m’occupe de trois enfants de deux à quatre ans. Le plus grand avantage d’un accueil à petite échelle est que nous pouvons donner à chaque enfant un accompagnement et une attention individualisés, souligne Tina. En tant que parent Simba, j’offre aux tout-petits un environnement sûr où ils se sentent en confiance. J’essaie que chaque enfant se sente à sa place dans ma maison. »

Un projet dans un environnement familial

« Mon quotidien est bien rempli, explique Tina. S’occuper des enfants demande beaucoup d’énergie. Être parent Simba est à la fois mon travail et une partie importante de ma vie : j’accueille les enfants avec mon partenaire sept jours sur sept, de jour comme de nuit. »

Même si c’est Tina qui endosse le rôle de parent Simba, son mari Philippe participe en effet activement au projet : « Il me soutient et s’implique énormément. Il aide les enfants à se préparer le matin, les conduit à leurs rendez-vous, les met au lit le soir… »

« Nous agissons pour permettre à la famille d’être réunie dans les meilleures conditions possibles. »

Tina

Renforcer la relation avec la famille biologique

Les parents Simba et l’équipe pédagogique du projet collaborent aussi intensivement avec les familles d’origine pour générer des changements positifs dans leur situation et permettre un retour à la maison en toute sécurité.

Maintenir et renforcer les liens entre la famille et les tout-petits pris en charge est un aspect essentiel du projet Simba : « J’envoie régulièrement aux parents biologiques des photos et des messages via WhatsApp pour leur dire comment vont leurs enfants, ce qu’ils font… Nous faisons tout notre possible pour réunir la famille dans les meilleures conditions possibles. »

« La maman m’a confié que ses enfants se sentaient bien chez moi »

Le travail intensif mené par Tina et l’équipe a récemment porté ses fruits : la toute première famille accompagnée par le projet Simba a été réunifiée en décembre 2019. « La maman des deux enfants appréciait notre façon de travailler ensemble et n’hésitait pas à me demander de l’aide ou des conseils quand elle en avait besoin. Nous avons ainsi pu mettre en place
un accompagnement fort, se souvient Tina. La maman m’a confié que ses enfants se sentaient vraiment bien lors de leur séjour. »

Aujourd’hui, Tina et son mari accueillent trois enfants, dont un petit garçon placé chez eux en urgence. « Lorsqu’il est arrivé chez nous, il était accompagné de deux policiers et portait une grosse valise. Il y avait dans celle-ci une lettre écrite par sa maman détaillant tout ce qu’il aime et n’aime pas manger, les câlins qu’il apprécie avant d’aller dormir, ses jeux préférés… se rappelle Tina. Cela montre que sa maman l’aime énormément, même si elle ne peut pas s’occuper de lui en ce moment. Nous avons vite établi un bon contact avec les parents et je m’entretiens régulièrement avec la maman. Quand le maintien de la relation parent-enfant est possible, je suis convaincue que cela devrait toujours être fait. »

« Le projet Simba démontre tout son intérêt lorsque l’on voit à quel point les enfants peuvent s’épanouir dans un environnement chaleureux. »

Tina

Développer les liens entre les frères et sœurs

Il est encore fréquent que les fratries soient séparées lors des placements. Une récente enquête réalisée par SOS Villages d’Enfants auprès de 97 jeunes Flamands ayant vécu dans l’Aide à la jeunesse a montré que 77 % d’entre eux ne grandissent pas avec un ou plusieurs de leurs frères et sœurs.

Notre parent Simba Tina a pu constater d’elle-même l’impact de la séparation sur les tout-petits : « Nous accueillons depuis avril 2019 un garçon de quatre ans et sa petite sœur de deux ans. Ils avaient été placés dans des institutions séparées avant
d’arriver chez nous. Ils se voyaient très peu et n’avaient donc pas pu construire un lien fraternel. » Soutenue par l’équipe du projet Simba, Tina a travaillé intensivement pour que les enfants comprennent qu’ils forment une famille :

« Aujourd’hui, le plus grand est très fier de sa petite sœur. Elle aussi a désormais conscience du lien qui les unit : lorsque nous lui demandons ″Qui est ton frère ?″, elle le désigne spontanément du doigt. Ils se font beaucoup de câlins. C’est un plaisir de voir la relation qu’ils sont parvenus à construire malgré leurs débuts difficiles. Le projet Simba démontre tout son intérêt lorsque l’on voit à quel point les enfants peuvent s’épanouir quand ils sont accueillis dans un environnement chaleureux. »

Dix enfants trouvent un foyer chaleureux auprès de nos quatre parents Simba.

SOS Villages d'Enfants

« Les enfants représentent l’avenir »

Trois nouveaux parents Simba ont récemment rejoint Tina et son mari. « Accueillir de nouveaux parents Simba est une grande force pour assurer la pérennité du projet : nous créons ensemble un réseau solide pour échanger des conseils, des avis, des expériences, de nouvelles manières de travailler... », souligne Tina.

En mettant en évidence qu’offrir une prise en charge sécurisante et attentionnée aux tout- petits est important mais aussi possible, notre rêve est d’inspirer d’autres acteurs de l’Aide à la jeunesse pour que cette nouvelle forme d’accueil emporte une large adhésion. « Les enfants représentent l’avenir. C’est pourquoi il est essentiel de leur offrir un foyer sûr et chaleureux dans lequel grandir », conclut Tina.


En Belgique, un enfant sur 25 grandit sans les soins et l'amour d'une famille. Voulez-vous aider des enfants seuls à grandir entourés d'une famille ?

Découvrez ici pourquoi les 1000 premiers jours sont cruciaux pour le développement des enfants.

Donnez à des enfants seuls la chance de grandir entourés d’une famille.

Devenez parrain ou marraine