• Home
  • Quali-temps plutôt que quanti-temps, la recette pour profiter au mieux des moments avec vos enfants

Parentalité positive

Quali-temps plutôt que quanti-temps, la recette pour profiter au mieux des moments avec vos enfants

Comment tirer le meilleur parti du temps passé avec vos enfants ? Nous avons posé la question à Hilde Weekers, coordinatrice pédagogique de nos projets belges.

Ukraine_CV-Lugansk-Sievierodonetsk_Katerina-Ilievska_1077

© Katerina Ilievska

Des petits moments d’attention concentrée

« Un week- end d’excursion est une chouette façon de passer du temps ensemble, mais ce n’est qu’un bonus, explique Hilde. Un “temps pour nous” de qualité signifie d’abord que vous accordez à vos enfants l’attention dont ils ont besoin. Par exemple, lorsqu’ils viennent vous poser des questions ou vous raconter quelque chose. Ces petits moments d’attention concentrée leur donnent le sentiment d’être à leur place et d’être appréciés. »

« En étant disponible, vous construisez une relation avec vos enfants. Vous leur donnez aussi l’opportunité d’acquérir des apprentissages, par exemple sur leurs futures relations. La façon dont vous vous engagez auprès de vos enfants leur permettent de se représenter à quoi pourraient ressembler leurs futures relations. »

© Nina Ruud

© Nina Ruud

Disponible en continu

Et si votre tout- petit vous submerge de questions ? Devez- vous vraiment être disponible en continu ? Hilde : « En tant que parent, vous devez en effet être disponible. Mais cela ne veut pas dire que vous devez répondre à ce qu’il vous demande tout le temps. Écoutez ce que votre enfant a à dire, accordez- y de l’attention et décidez ensuite d’y répondre maintenant ou plus tard. C’est tout à fait normal. Vous pouvez lui dire : “Je te vois, je t’entends. Mais maman/papa va d’abord égoutter les pommes de terre. Je viendrai ensuite voir ce que tu as bricolé.” Les enfants ont surtout besoin de prévisibilité et de clarté. »

Ces petits moments d’attention concentrée aident aussi vos enfants à arrêter petit à petit de compter sur papa et maman en permanence. « Ils vous voient comme un havre de sécurité mais, progressivement, ils apprennent qu’ils doivent faire certaines choses par eux- mêmes », ajoute Hilde.

De bonnes expériences parentales

Prendre du temps pour écouter ce que vos enfants ont à vous raconter vous apprend également à mieux comprendre ce qu’ils veulent vraiment dire. La pédagogue van der Pas appelle cela les « bonnes expériences parentales » : bien observer peut vous aider à savoir comment mieux réagir en tant que parent et à avoir plus confiance en vous dans votre rôle parental.

Hilde donne un exemple : « Pleurer est une forme de langage chez les jeunes enfants : en regardant bien et en observant, vous pouvez commencer à faire des distinctions entre les pleurs. Passer du temps ensemble est la seule manière de découvrir réellement ce qui occupe votre enfant et quels sont ses besoins et ses forces. »

« “Pas maintenant, je n’ai pas le temps” : vos enfants vont probablement chercher à attirer votre attention par d’autres moyens. »

Hilde Weekers, coordinatrice pédagogique de nos projets belges

Pas maintenant, je n’ai pas le temps

Que se passe- t- il si vous n’accordez pas ces petits moments d’attention ? « Un enfant qui demande de l’attention et qui n’en reçoit pas va probablement chercher à attirer votre attention par d’autres moyens. Si nécessaire, en tapant son frère ou sa sœur ou en cassant quelque chose, explique Hilde. Ne pas lui accorder de l’attention lorsqu’il la demande ne vous apportera sans doute pas la tranquillité que vous désirez. De plus, il y a de grandes chances que, plus tard dans sa vie, votre enfant vous rétorque aussi : “Pas maintenant, je n’ai pas le temps.” Vous ne pouvez pas attendre de votre adolescent·e qu’il ou elle libère tout à coup du temps pour vous ou qu’il ou elle vienne vous raconter des choses. »

Créer des attentes réalistes peut par contre vous apporter une certaine tranquillité. « J’ai bien écouté ce que tu m’as dit mais je suis occupé·e actuellement. Je ne pourrai venir jouer avec toi sur le trampoline que dans une demi- heure. »

« Lorsque les enfants sont enfin absorbés dans des bricolages ou des jeux, nous avons tendance à nous rendre invisibles. »

Hilde Weekers, coordinatrice pédagogique de nos projets belges

Enfin un peu de tranquillité

Lorsque les enfants sont enfin absorbés dans des bricolages ou des jeux, nous avons tendance à nous rendre invisibles. Enfin un peu de tranquillité ! Mais saviez- vous que c’est en réalité le moment idéal pour les déranger ? Hilde précise : « Vous pouvez profiter de l’un de ces moments de calme pour aller voir vos enfants et leur dire : “Je trouve ça très chouette ce que vous faites, je viendrai vous voir plus tard.” Vous faites ainsi passer à vos enfants le message que vous continuez de faire attention à eux et que vous les encouragez dans ce qu’ils font. Il vaut mieux dire aux tout- petits et aux jeunes enfants ce qu’ils font de bien sur le moment même. Pour les adolescents, vous pouvez plutôt leur envoyer un petit message par la suite. Vous confirmez ainsi les choses positives dont vous avez envie qu’ils tirent des enseignements. »

Contribuez à ce que des enfants livrés à eux-mêmes grandissent dans un foyer sûr et chaleureux

En savoir plus