• Home
  • Les crises des enfants : comment réagir positivement ?

Parentalité positive

Les crises des enfants : comment réagir positivement ?

« Je ne mangerai pas mes légumes ! », « Je ne veux pas aller au lit ! », « Moi aussi j’ai envie d’un bonbon ! » : chacun d’entre nous a un jour fait face à une crise de la part d’un enfant. Voici quelques conseils simples de Jo Voets, notre expert en pédagogie, pour gérer au mieux ces situations.

Magazine-September-Pedagogie-1

Guider au lieu de punir

« Un conflit se produit lorsque les besoins des enfants entrent en contradiction avec les besoins des parents », explique Jo. Être en conflit n’est pas grave « tant que cela n’évolue pas en confrontation avec un gagnant et un perdant à la fin. Dans le cas contraire, l’échange ne permet plus de parvenir à un accord répondant à la fois aux besoins de l’enfant et des parents », développe-t-il.

Notre expérience nous a souvent démontré que l’éducation positive est la clé pour résoudre les querelles avec les enfants. Elle consiste à guider ces derniers avec amour, attention et respect plutôt que les punir. Les petits ne sont en effet pas si différents des adultes : chercher à résoudre le conflit ensemble les motivera plus à changer leur comportement qu’une punition dont ils tireront peu d’enseignements.

L’éducation positive est la clé pour résoudre les querelles avec les enfants.

Comment réagir en cas de conflit ?

Plus facile à dire qu’à faire ! Bon nombre d’entre nous se trouvent bien démunis lorsqu’il s’agit de gérer un enfant qui fait une crise.

La bonne attitude à adopter repose sur deux mots : sensibilité et réceptivité. « Il est important de pouvoir écouter, reconnaître et comprendre les besoins ainsi que les émotions de l’enfant pour trouver une réponse adéquate lors d’un conflit », souligne notre expert. Laisser l’enfant exprimer son ressenti est donc primordial pour cerner l’origine de la crise.


Dialoguer est la clé

Cette phase d’écoute permet d’entamer le dialogue avec l’enfant et de définir ensemble les causes de son comportement. Quel est le problème ? A-t-il peur de dormir dans le noir ? Est-il tracassé par quelque chose ? À quel niveau les besoins de ses parents (lui faire manger des légumes) diffèrent-ils des siens (manger une gaufre) ? En mettant ensemble des mots sur les raisons du conflit, vous pourrez trouver une solution adaptée.

Une fois les causes de la crise déterminées, vous parviendrez plus facilement à une issue positive. Pour Jo, c’est le moment de « chercher avec l’enfant des solutions. De quoi a-t-il besoin pour s’endormir en toute sécurité ? Quand peut-il manger une gaufre ? Vous pourrez lui suggérer plusieurs possibilités et convenir ensemble d’un accord que chacun se sent capable de respecter ». La règle d’or : proposer plutôt qu’imposer une décision à l’enfant.

La règle d’or : proposer plutôt qu’imposer une décision à l’enfant.

Construire les adultes forts de demain

Dialoguer avec les enfants est donc une façon judicieuse de leur apprendre à bien gérer les conflits. En permettant aux plus jeunes d’améliorer leur comportement par des petits choix, vous les aidez aussi à devenir des enfants responsables, indépendants et capables de prendre des décisions plus importantes quand ils seront grands.

Bien gérés, les conflits sont donc l’occasion rêvée d’offrir aux enfants les clés pour devenir des personnes fortes et équilibrées !

La pédagogie positive en pratique avec Justine Gwiscz

Justine, directrice de notre Village d’Enfants SOS Chantevent, développe pour nous le concept de pédagogie positive. « Appliquer la discipline positive ne signifie pas tout permettre à l’enfant : il faut être bienveillant tout en étant ferme. Ceci implique d’établir des règles et d’expliquer à l’enfant leur sens. Lorsqu’il les enfreint, il est important de lui parler de manière positive, de comprendre ses émotions et les raisons de son comportement », souligne-t-elle. « Par exemple, il ne vaut mieux pas punir un enfant en le mettant au coin parce qu’il a fait une bêtise. Demandez-lui plutôt les raisons qui l’ont poussé à agir ainsi et rappelez-lui pourquoi cela n’est pas autorisé. Vous pouvez ensuite lui demander de proposer des solutions. En agissant de la sorte, vous contribuez réellement au développement de l’enfant en le responsabilisant et en le valorisant », conclut Justine.

« Appliquer la discipline positive ne signifie pas tout permettre à l’enfant. »

Justine Gwiscz, directrice de notre Village d’Enfants SOS Chantevent

Chaque enfant a besoin d'une famille pour bien grandir.

Devenez parrain ou marraine