• Home
  • Une famille syrienne réunie après neuf mois d’emprisonnement

Familles dans le monde

Une famille syrienne réunie après neuf mois d’emprisonnement

Mai 2013. Comme beaucoup d’autres, cette famille a dû abandonner tout ce qu’elle avait lorsqu’elle a fui les violences qui faisaient rage à Alep. Elle se rend à Tartous, une région syrienne plus ou moins sûre, où elle essaye de survivre. Courant de l’été 2017, le papa et la maman sont arrêtés car ils sont soupçonnés de collusion avec les rebelles. C'est accusations se sont avérées non-fondé. Pour les enfants, rien n'est prévu. Heureusement, nous avons pu leur offrir une étincelle d’espoir : ils ont trouvé un foyer dans notre centre d’accueil temporaire à Tartous.

Syrisch gezin in gevangenis

Après respectivement neuf et trois mois de détention, le papa et la maman sont libérés. Notre collègue Stijn rencontre la famille une semaine après qu’elle se soit retrouvée. Stijn : « Cela a dû être l’enfer pour eux. Être emprisonnés alors qu’ils étaient innocents, sachant que leurs enfants devaient survivre sans eux. »


Une étincelle d’espoir

Heureusement, grâce au soutien de nos donateurs, SOS Villages d’Enfants a pu offrir une étincelle d’espoir à la famille. Nous avons accueilli les enfants dans notre centre d’accueil temporaire à Tartous. Les enfants y sont en sécurité, ont un toit, un lit et de quoi manger tous les jours. Nos collaborateurs sont là pour eux et organisent l’enseignement, mais également des jeux. Pour qu’ils puissent tout simplement être des enfants.


Unique dans la région

« Ce type d’accueil est unique dans la région », explique Stijn. « Il n’y a aucun système d’accueil en Syrie qui s’occupe des enfants qui n’ont plus personne. Pas de familles d’accueil, pas de centres d’accueil. Les besoins sont énormes et beaucoup d’enfants se retrouvent seuls. Ils doivent se battre pour survivre et risquent de subir des violences ou des abus. Le risque d’être incorporé dans des groupes armés est également un danger bien réel. »


Enfin libres

Lorsque les parents ont été libérés en mars 2018, la joie était immense. Ils étaient tellement soulagés d’apprendre que leurs quatre enfants étaient sains et saufs. Les enfants restent néanmoins encore chez nous pendant un petit temps, car leur maman et leur papa ont tout perdu : argent, logement, emploi. C’est pour cela que nous les soutenons pendant qu’ils reconstruisent leur vie.

Stijn : « SOS Villages d’Enfants finance les six premiers mois de loyer pour la famille. En même temps, nous les soutenons dans leur recherche afin de retrouver une forme de revenu durable. Aujourd’hui, le père travaille chez un boulanger la nuit. Comme travail de jour, il aimerait créer sa propre entreprise à l’aide d’un microfinancement qu’il a reçu de SOS Villages d’Enfants »


Aidez à créer des étincelles d’espoir en Syrie

Leur vie est toujours aussi rude, mais au moins, ils sont réunis et ils disposent de moyens pour reconstruire quelque chose.

Chaque enfant a besoin d'une famille pour bien grandir.

Devenez parrain ou marraine