• Home
  • Un an après l’explosion à Beyrouth, Rawan et ses filles reconstruisent leur vie

Familles dans le monde

Un an après l’explosion à Beyrouth, Rawan et ses filles reconstruisent leur vie

Le 4 août 2020, une terrible explosion ravageait le port de la capitale du Liban et touchait des milliers d’enfants et de familles. C’est le cas de Rawan, Imad et leurs trois filles. L’explosion a bouleversé leur vie. Un an plus tard, ils tentent de reconstruire leur vie pas à pas.

Lebanon_ERPBeirut_Rawan's family_4

Un nuage de poussière et de débris

Rawan, son mari Imad et leurs filles Laila (16 ans), Farah (13 ans) et Ilham (9 ans)* vivent à quelques kilomètres du port de Beyrouth. Le 4 août 2020, Imad était au travail pendant que Rawan et les filles étaient à la maison. Aux alentours de 18h, elles ont été tout à coup surprises par une explosion et un bruit ressemblant à celui d’un avion.

Elles n’ont pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait qu’une seconde explosion brisait l’une de leurs fenêtres et blessait sévèrement Laila au visage. L’adolescente s’est retrouvée au sol, inconsciente, couverte de sang et dans un nuage de poussière et de débris. Depuis, la jeune femme a subi plusieurs opérations au visage et à l’œil pour guérir ses blessures.


Des blessures invisibles mais bien présentes

L’explosion a causé des blessures chez les trois filles : des blessures visibles, mais aussi invisibles. Pendant une longue période, Farah n’a pas pu fermer l’œil de la nuit. Ilham a aussi eu beaucoup de mal à s’endormir et refusait de quitter sa maman au moment du coucher. Aujourd’hui encore, Laila frissonne encore lorsqu’elle entend un avion passer.

L’explosion a aussi eu un impact économique qui se fait encore sentir aujourd’hui. L'usine dans laquelle Imad travaillait a été détruite. La famille a donc perdu la seule source de revenus dont elle disposait pour subvenir à ses besoins et payer les frais médicaux élevés de Laila.

L’explosion a causé des blessures chez les trois filles : des blessures visibles, mais aussi invisibles.

Aider les familles à repartir du bon pied

Depuis mars 2021, la famille participe au programme d’aide d'urgence mis en place par SOS Villages d'Enfants au Liban. Elle bénéficie d’un soutien financier pour l’aider à payer son logement, les produits de première nécessité et les frais médicaux de Laila. Les trois filles peuvent également compter sur un soutien psychologique pour faire face aux événements : « Les séances de soutien psychologique ont permis de redonner du courage à mes filles, en particulier à Laila », explique Rawan. En parallèle, nos équipes au Liban travaillent avec Imad pour l’aider à lancer sa propre entreprise et permettre, à terme, à sa famille de subvenir elle-même à ses besoins.

« Les séances de soutien psychologique ont permis de redonner du courage à mes filles, en particulier à Laila »

Rawan

Nous soutenons plus de 150 familles comme celle de Rawan

À Beyrouth, nous aidons plus de 150 familles à reconstruire leur vie : nous leur offrons un soutien financier lorsque c’est nécessaire, une aide pour prendre soin de leur santé mentale et physique et un accompagnement pour construire un projet d’avenir afin qu’elles puissent redevenir autonomes.

Notre espace dédié aux enfants à Beyrouth

* Noms d'emprunt pour protéger la vie privée de la famille.

Contribuez à ce que des enfants livrés à eux-mêmes grandissent dans un foyer sûr et chaleureux

En savoir plus