Sans amour, un enfant ne peut pas grandir

Depuis quelques années, notre slogan est un principe qui reflète de manière concise ce que SOS défend : ‘Sans amour, un enfant ne peut pas grandir’. Mais quelle histoire se cache derrière cette devise ? Pourquoi l’amour est-il aussi important ? Et que se passe-t-il si un enfant en est privé ?

Une prison pour enfants en Ouganda

Hilde Boeykens, managing director de SOS Villages d’Enfants, nous raconte comment elle a trouvé ce slogan : « Ce qui m’en a donné l’idée, c’est un reportage sur une prison pour enfants en Ouganda. Les enfants y étaient transférés après avoir été arrêtés dans la rue par les forces de l’ordre. Beaucoup étaient tout simplement des orphelins, peu d’entre eux avaient véritablement commis des délits.

Un assistant social sur place expliquait que beaucoup d’entre eux ne savaient pas parler, tout simplement parce que personne ne leur parlait. Il montrait aussi comment ils cherchaient à saisir votre main pour la serrer un instant, réflexe d’un enfant qui a naturellement besoin de chaleur humaine.

‘Un enfant n’a pas seulement besoin de nourriture pour grandir’, disait cet homme dans le reportage. ‘Il a surtout besoin de beaucoup d’amour. Sans amour, un enfant ne peut s’épanouir pleinement…’ Je n’aurais pas pu mieux dire. »

L’amour seul ne suffit pas

Cet assistant social savait de quoi il parlait. Les études scientifiques s’accordent aujourd’hui pour dire qu’ il existe un lien très fort entre absence d’affection et problèmes de développement, surtout chez les jeunes enfants. Cela peut se traduire, par exemple, par des difficultés à nouer des relations, une absence d’empathie ou un retard de développement des capacités linguistiques et motrices.

« Les enfants qui ont grandi dans un contexte familial difficile ont en effet plus souvent des problèmes de développement », confirme Nicolina Jorissen, conseillère pédagogique de SOS Villages d’Enfants Belgique. « Cela s’explique en grande partie par le cadre (familial) dans lequel ils grandissent. Cet environnement leur est souvent mal adapté, trop peu axé sur leurs besoins et leurs désirs. Bien sûr, ces parents aiment leurs enfants. Mais l’amour seul ne suffit pas. Encore faut-il que cet amour parental soit transmis de la bonne manière aux enfants. Et c’est là que le bât blesse parfois. »

Dans notre slogan, le mot ‘amour’ fait donc référence à une affection et une attention ciblées, prodiguées par une personne qui prend soin d’un enfant. « Quelqu’un qui construit un lien avec lui », poursuit Nicolina. « Quelqu’un qui est attentif à ses besoins et qui le rassure quand il a peur ou qu’il est triste. C’est de cela que chaque enfant a besoin. Cette attention permet à l’enfant de s’attacher en toute sécurité.

Pour pouvoir plus tard s’aimer et aimer les autres, pour manifester de l’empathie et être prévenant, il faut avoir dans son enfance quelqu’un qui vous aime. Quand on n'assume pas son rôle de parent, quand on n’est pas un parent ‘acceptable’, c’est très souvent parce que, dans l’enfance, on n’a pas pu bénéficier soi-même de cette attention. »

Parent ‘acceptable’

Nicolina : « Etre un parent ‘acceptable’ se traduit à travers une foule de petites choses. Regarder un enfant avec affection en lui donnant son biberon, par exemple, et non pas regarder tout le temps ailleurs. Pour un enfant, c’est un monde de différence. C’est l’amour que l’autre lui prodigue qui apprend à l’enfant à s’aimer lui-même. Les petits qui sont toujours rejetés dans leur demande d’amour, par exemple par un parent obsédé par son travail, ou préoccupé uniquement par ses propres problèmes, apprennent qu’ils ne peuvent pas compter sur les autres et qu’ils doivent se débrouiller seuls. Car l’enfant construit son identité à partir de ses interactions avec les gens qui l’entourent.

Pour pouvoir s’aimer et aimer les autres à l’âge adulte, il faut avoir été aimé dans son enfance.

Nicolina Jorissen

S’il est constamment ignoré parce que ses parents s’occupent d’autres choses, il a le sentiment d’être sans importance. S’il est sans cesse puni – corporellement ou non –, il finit par se dire qu’il n’est bon à rien. Mais la même remarque est valable pour les parents qui suivent de trop près leurs enfants et qui ne leur laissent pas la possibilité de découvrir le monde. En agissant ainsi, ils ne répondent pas aux besoins qu’éprouvent les enfants d’expérimenter toutes les choses de la vie. Dans ce cas, les enfants apprennent seulement à se fier aux autres et non pas à eux-mêmes. »

À la recherche d’un équilibre

Dans cette situation, les enfants n’attendent plus des adultes qu’ils soient là pour eux ou sont au contraire complètement dépendants. Certains recherchent de l’affection partout, d’autres se méfient de tout et ils se referment complètement sur eux-mêmes. En l’absence de relations qualitatives, certaines aptitudes ne se développent pas suffisamment. Chez SOS, nous aidons les enfants – et les parents – dans leur recherche d’un équilibre et nous leur donnons des occasions de poursuivre leur développement.

Si vous regardez un enfant avec affection, il ressent tout autre chose que si vous regardez tout le temps ailleurs.

Nicolina Jorissen

Nicolina : « Les mères et les éducateurs SOS donnent de l’attention, écoutent et parlent, cajolent et consolent, montrent de la considération. Nous essayons d’apporter à l’enfant ce qui lui a manqué. Il peut alors se rendre compte que les choses peuvent être différentes. Il apprend à faire à nouveau confiance aux adultes et développe son estime de soi. Il sent que cela vaut la peine de participer à un jeu, qu’il est capable de bien chanter, que son avis compte et qu’il peut faire ses propres choix. »

Dans le même temps, nous aidons les parents à redevenir des parents ‘acceptables’ et à éviter de reproduire les erreurs du passé. Ainsi, les enfants peuvent s’attacher sainement à leurs parents et entrevoir un retour rapide dans un foyer sûr et stimulant.

Parrainez un enfant

et offrez-lui pour minimum 30€/mois une maman, un foyer et un avenir.

Choisissez le montant
Sexe de l'enfant
Âge de l'enfant
De préférence, dans cette région,
Vos données

Plus d'infos sur la domiciliation européenne ? Cliquez ici