Questions fréquemment posées

Testaments

Dois-je informer SOS Villages d’Enfants de mes intentions ?

Si vous préférez ne pas parler de votre testament à SOS, cela ne pose aucun problème. Nous trouvons cependant important de vous remercier pour votre décision et de pouvoir vous montrer ce que nous pouvons réaliser grâce à votre soutien. Mais cela n’est possible que si nous vous connaissons et savons que vous nous soutenez.

Puis-je léguer des biens mobiliers et immobiliers à SOS ?

Oui, sans problème. SOS s’entourera de l’expertise appropriée pour vendre vos biens, au meilleur prix, sauf si vos dernières volontés le prévoient autrement.

Puis-je encore modifier mon testament ?

Vous pouvez modifier votre testament à tout moment en révoquant vos dispositions antérieures. Seul le dernier en date est valable.

Puis-je moi-même décider de l’attribution de mon argent ?

Absolument. Vous pouvez par exemple choisir de soutenir un projet SOS spécifique, ou répartir votre argent entre plusieurs projets SOS. Mais vous pouvez aussi laisser à SOS le choix des projets, selon l’urgence.

Puis-je soutenir SOS d’une autre manière ?

Vous pouvez aussi, de votre vivant, soutenir SOS par un don par virement bancaire. Ces dons ne sont en principe pas taxés et à partir de 40€ donnent droit à une réduction forfaitaire d’impôts de 45% du total de vos dons.

Dois-je faire appel à un notaire pour rédiger mon testament ?

Vous n’y êtes pas obligé car vous pouvez rédiger vous-même votre testament, selon vos dernières volontés en l’écrivant de votre propre main, en le datant et le signant. Vous pouvez toujours le remettre à votre notaire pour le faire enregistrer. Pour être certain que tout se déroule selon votre volonté et surtout pour les legs en duo, nous vous conseillons de demander l'avis d’un notaire. Certaines successions peuvent être tellement compliquées que l’implication d’un notaire vous donnera la certitude que tout est réglé au mieux.

Que se passe-t-il si je n’ai pas fait de testament ?

Sans testament, l’héritage est réparti conformément aux dispositions de la loi. D’abord aux descendants au premier degré (enfants, petits-enfants…). Si le défunt n’a pas de descendant, à sa famille proche (parents, frères et sœurs, neveux et nièces…). S’il n’y a pas d’héritiers légaux dans les quatre ordres, c’est l’État qui hérite de toute la succession. Sachez aussi que s’il n’y a pas d’enfant, au-delà de 175 000 €, il y aura 70% à 80% de votre succession qui partira à l’État. Si vous désirez de plus amples informations, vous pouvez consulter le site www.notaire.be.

Quel pourcentage de droits de succession devra payer SOS ?

En tant qu’organisation humanitaire, SOS paiera moins de droits de succession. Si le testateur est domicilié en Région flamande, le taux est réduit à 8,8%. En Région wallonne, il est de 7% et en Région de Bruxelles-Capitale, il s’élève à 12,5%.