Les jeunes et l’aide à la jeunesse

Les jeunes qui grandissent dans l’aide à la jeunesse doivent vivre en autonomie dès l’âge de 18 ans. Et cela ne se passe pas toujours comme prévu. En partant de l’environnement et des expériences des jeunes eux-mêmes, SOS Villages d’Enfants veut apporter une amélioration structurelle à l’encadrement des enfants et des jeunes de l’aide à la jeunesse. SOS Villages d’Enfants ne fait pas cela seul, mais en étroite coopération avec divers acteurs de l’aide à la jeunesse en Belgique.

6 sur 10 se sentent réduits au statut d’enfant à problème
27 % ont vécu dans 5 institutions différentes ou plus
3 sur 4 n’ont pas de famille sur qui compter
48 % n’ont pas de diplôme de l’enseignement secondaire

Donner la parole aux jeunes

Le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais les jeunes ont rarement pu s’exprimer eux-mêmes sur le sujet. Comment perçoivent-ils leur vie dans une institution ? Quelles difficultés liées à leur situation ont-ils rencontrées en grandissant ? De quoi manquent-ils ? De quoi ont-ils alors réellement besoin ?

SOS Villages d’Enfants et l’asbl Cachet ont pris le temps d’écouter ces jeunes sans a priori. Pendant deux ans, grâce à des groupes de discussion et des conversations informelles, des dizaines de jeunes ont partagé leur histoire. Les constatations qui sont ressorties de toutes ces histoires individuelles ont été testées à l’aide d’une enquête, remplie par 179 jeunes de l’aide à la jeunesse et par un groupe témoin de 400 jeunes « ordinaires ». De cette façon, la voix des jeunes a été traduite en chiffres et structurée.

Grandir comme tous les autres jeunes

Les résultats de l’étude parlent d’eux-mêmes : ces jeunes ne demandent qu’une seule chose, grandir le plus possible comme les autres jeunes. Dans un endroit où ils peuvent se sentir chez eux, où ils peuvent être eux-mêmes, où il peuvent être jeunes, avec des personnes autour d’eux qui sont inconditionnellement là pour eux, qui croient en eux et qui ne les considèrent pas comme des jeunes à problème avec un dossier. Et qui ne les lâchent pas brutalement lorsqu’ils ont 18 ans, mais qui font encore un bout de chemin avec eux pour qu’ils puissent voler de leurs propres ailes.

Le but de cette étude n’est pas de juger le problème d’aujourd’hui, mais d’ouvrir à nouveau le débat, avec les jeunes. De vraiment les écouter et d’examiner le système d’accueil et d’accompagnement actuel avec eux. Non pas seulement pour regarder ce qu’ils ont besoin en plus lorsqu’ils quittent le foyer, mais également pour oser regarder ce qui peut être fait dès qu’ils entrent dans l’aide à la jeunesse.

Plan d’action

Avec notre partenaire Cachet asbl et divers acteurs de l’aide à la jeunesse, nous voulons examiner le système d’accueil et d’accompagnement actuel. Non seulement pour regarder ce dont ils ont besoin lorsqu’ils quittent le foyer, mais également pour oser regarder ce qui peut être fait dès qu’ils entrent dans l’aide à la jeunesse. En partant des conclusions de la recherche susmentionnée, SOS Villages d'Enfants travaille aujourd'hui sur trois actions concrètes :

  1. Nous accompagnons les institutions dans le développement des talents de ‘leurs’ jeunes. De cette façon, nous renforçons leur croyance en leurs propres capacités et nous les encourageons à découvrir, à reconnaître et à développer des talents.

  2. Nous soutenons les institutions dans le renforcement du « sentiment d'appartenance » au sein de leurs institutions. Avec les enfants et les jeunes, nous recherchons des éléments qui peuvent transformer leur institution en vraie maison.

  3. Nous construisons une alternative à la « distance professionnelle », un principe que de nombreux aidants utilisent comme standard dans les soins aux jeunes, mais qui, à notre avis, rend plus difficile le bien-être et le développement des enfants. Nous défendons résolument la « proximité professionnelle » comme alternative.

Participez à construire un encadrement meilleur pour les enfants et jeunes qui grandissent dans l’aide à la jeunesse.

Je fais un don
Sharing is caring:

Je fais un don mensuel

et j’offre pour minimum 12€ par mois un foyer et un avenir à des enfants qui n’ont plus personne pour prendre soin d’eux.

Choisissez le montant
Je soutiens
Vos données

Plus d'infos sur la domiciliation européenne ? Cliquez ici

Votre numéro de compte
Paiement mensuel par domiciliation: Plus d'infos
Remarques