Renforcer les familles à Mzuzu

Racheal, 35 ans, et Sarah, 51 ans, vivent à quelques minutes l’une de l’autre, pourtant leur vie est radicalement différente.

Soutenir les familles de Mzuzu

Un Programme SOS de renforcement de la famille a été lancé il y a quelques années à Mzuzu, à quatre heures au nord de Lilongwe, la capitale malawite. Nous aidons ainsi des familles vulnérables à redevenir autonomes. Rachael et Sarah sont toutes les deux familières avec le projet. Sarah est sortie du programme en 2013 tandis que Rachael vient tout juste de l’intégrer.

Pas de lumière dans la maison

L’arrière de la maison de Rachael est un grand fossé rempli de sacs de maïs. Il n’y a aucune lumière naturelle dans la maison et il y fait très sombre, même en pleine journée. Elle passe donc la majeure partie de sa journée à l’extérieur avec ses quatre filles.

Vendre de l’avoine au marché

Rachael n’a pas de travail, mais elle vend du nsima, de l’avoine, sur le marché pour gagner un peu sa vie. Une bonne journée lui rapporte 6$. Souvent ses ingrédients et son matériel de cuisine sont saisis par la police parce qu’elle n’a pas d’autorisation. « C’est comme si je devais tout recommencer à zéro à chaque fois. Je n’ai pas d’autres choix, c’est la seule façon de pouvoir subvenir aux besoins de mes filles », raconte Rachael.

De l’assistance pour les questions pratiques

Dans les prochains mois, une équipe SOS soutiendra Rachael de diverses manières. Ils vont reconstruire sa maison, lui donner une formation et l’inscrire au programme local d’épargne. Ils l’aideront également à inscrire son entreprise et proposeront un service de garde pour ses plus jeunes enfants. Rachael : « J’espère qu’avec l’aide de SOS je pourrai enfin subvenir à tous les besoins de ma famille. »

L’histoire de Sarah

Au vu de l’histoire de Sarah, il est clair que le programme de renforcement de la famille fonctionne. Elle est entrée pour la première fois en contact avec SOS en 2006 : « Avant d’intégrer le programme, je ne pouvais pas payer les frais d’inscription de mes enfants à l’école. Mon mari et moi pouvions à peine leur donner de quoi manger. »

Enfin indépendante

Grâce à SOS, Sarah a appris à coudre et a suivi une formation pour entreprendre. Aujourd’hui, elle coud des vêtements pour les gens du quartier, possède six porcs et vend des lapins. Elle partiipe également au programme d’épargne du village. « Je suis tellement reconnaissante à SOS. L’équipe est bien formée et ils veillent à ce que nous puissions être autonomes. Je suis sortie du programme il y a quelques années, mais aujourd’hui encore je me sens bénie pour la chance que j’ai eue. »

Sur la bonne voie

Sarah et Rachael sont toutes les deux des femmes fortes qui veulent pouvoir s’occuper de leur famille. Seule, c’était presque impossible. Grâce à l’aide de SOS, Sarah est sur la bonne voie, espérons qu’il en aille de même bientôt pour Rachael.

Renforcez les familles du Malawi

Faites un don maintenant
Sharing is caring: