Jacques a tout prévu !

« C’est bizarre de penser au jour où l’on ne sera plus. Pourtant je l’ai fait. Lorsque tout a été réglé, je me suis senti soulagé. Je suis à présent serein car tout est désormais réglé. »

"J’ai choisi de faire une place, dans mon testament, à la Maison Simba"

Un choix réfléchi

Je suis quelqu’un qui fait toujours des choix réfléchis. Je suis très indépendant et je détermine moi-même l’orientation que je donne à ma vie. Pourquoi laisserais-je à quelqu’un d’autre le soin de disposer de mes biens le jour où je ne serai plus ?

Non, je voulais régler cela moi-même. J’avais déjà entendu parler de testaments, ici et là. L’idée m’a trotté dans la tête pendant un temps.

Bien informé

Lorsque j’ai rencontré Hilde au Salon du Testament (Hilde Boeykens, directrice de SOS Villages d’Enfants), l’idée a ressurgi. Hilde m’a invité au bureau SOS de Bruxelles.

Nous avons bavardé une heure ou deux. Je voulais m’informer largement avant de passer à l’étape suivante. J’ai pu poser toutes mes questions et j’ai senti que SOS Villages d’Enfants et moi étions sur la même longueur d’onde.

Un testament pour la Maison Simba

Comme j’avais envie d’aider des enfants de ma propre communauté, j’ai choisi de faire une place, dans mon testament, à la Maison Simba de Liedekerke. J’ai fait relire le document encore une fois à la Table Ronde que SOS a organisée à Bruges, pour être sûr que tout se passerait bien.

Une tradition familiale

Ma décision s’inscrit un peu dans une tradition familiale. Ma mère était toujours en colère lorsqu’elle entendait parler d’enfants qui grandissaient dans l’injustice et elle-même soutenait bon nombre d’œuvres caritatives. En tant qu’assistant social, j’ai moi-même souvent travaillé avec des jeunes. Je sais combien il est important que les enfants ne manquent de rien. Ils doivent pouvoir s’épanouir.

Content d’avoir franchi le pas

« J’ai longtemps laissé mûrir l’idée de ce legs. Et aujourd’hui, je suis content d’avoir enfin fait la démarche. J’espère avoir l’occasion de rendre bientôt visite à la Maison Simba. Cela me plairait beaucoup. »

Vous avez déjà pensé à faire de SOS l’un de vos héritiers ? Ou bien vous souhaitez tout simplement vous informer ? Prenez alors contact avec Hilde Boeykens grâce au formulaire sur cette page, par e-mail (hilde [at] sos-villages-enfants.be) ou par téléphone (0478/39.04.39).

Vous souhaitez en savoir plus ? Découvrez ici toutes les informations sur les testaments pour des œuvres caritatives.

En savoir plus sur les testaments
Sharing is caring:
Related stories