Geneviève, mère SOS de treize frères et soeurs

Découvrez notre Village d'Enfants SOS en Wallonie

Le 31 octobre 1962, Geneviève Olry accueillait treize enfants SOS, tous frères et soeurs issus de la même famille, dont elle allait prendre soin le reste de sa vie. Aujourd’hui, cinquante-quatre ans plus tard, elle nous raconte son incroyable histoire.

Huit garçons et cinq filles, entre un et quatorze ans, tous issus d’une même famille. Leur mère étant décédée d’épuisement à la suite d’une maladie grave, leur père ne pouvait pas s’occuper d’eux. Sans foyer et sans parents, leur avenir était plus qu’incertain. C’est ainsi que Geneviève Olry, alors âgée de trente-neuf ans, s’est engagée à prendre soin de toute la fratrie dans un Village d’Enfants SOS en France. Un engagement à vie et un défi colossal. Et, aux dires de Geneviève, le plus beau choix qu’elle ait jamais fait.

Sans SOS, treize frères et soeurs n’auraient jamais pu grandir ensemble.

Geneviève Olry, ancienne mère SOS

Lutte pour la survie

« J’avais longtemps attendu ce moment. M'occuper d'enfants au passé difficile était ma vocation. Lorsque les enfants sont arrivés au village d’enfants, ils étaient affamés et n’avaient encore jamais vu de draps. Ils étaient révoltés par la perte de leur mère, qu’ils avaient toujours connue fatiguée et abattue.

Le plus jeune avait un an à peine et pesait moins de cinq kilos. Le médecin, croyant qu’il ne survivrait pas, m’a conseillé de m’occuper surtout des douze autres. Mais je n’ai pas voulu l’abandonner. Pendant des mois, je l’ai nourri, bercé et soigné avec énormément d’attention. Et il a survécu. »

Petite maman Chérie

« Les enfants m’ont assez vite adoptée. Une des plus jeunes est venue me demander un jour si j’étais désormais sa maman. Je lui ai expliqué, avec beaucoup de précautions, que je n’étais pas sa vraie maman mais que, si elle le voulait, je serais comme une maman pour elle. Elle a couru demander à tous ses frères et soeurs de m’appeler maman.

Ma plus grande joie est d’avoir pu offrir une jeunesse heureuse à ces enfants.

Geneviève

Dans les lettres ou les cartes que les enfants m’écrivent quand ils sont en vacances, ils m’appellent toujours ‘petite maman chérie’. Voici un très bel extrait d’une de ces lettres : ‘Tu as été notre source de bonheur. C’est grâce à toi que nous n’avons plus jamais connu la faim ou le froid. Je peux vraiment dire que mon bonheur a commencé au Village d’Enfants SOS, avec toi à mes côtés, entouré de mes frères et soeurs. Tu as accompli des miracles pour nous tous.’

Je n’ai pas voulu les laisser seuls un seul jour. Même pas pour me reposer. Pour qu’ils n’aient jamais l’impression d’être seuls dans la vie. Ma plus grande joie est d’avoir pu offrir à ces enfants une jeunesse heureuse, malgré leur passé et les circonstances difficiles. D’avoir été pour eux comme une véritable mère à qui ils ont pu s’attacher, d’avoir vu les treize frères et soeurs se soutenir l’un l’autre et se tirer mutuellement vers le haut. Sans SOS Villages d’Enfants, jamais ils n’auraient pu grandir ensemble. »

Un testament en faveur des enfants SOS

« Je les ai aidés à cheminer vers l’âge adulte et vers une vie autonome. Je l’ai fait par amour pour eux. Mais il existe aussi d’autres manières d’accompagner des jeunes au passé douloureux dans leur parcours vers l’autonomie. L’une des plus belles est de leur offrir, par votre testament, un environnement protégé où grandir et un foyer chaleureux où s’épanouir. Cela aussi, c’est donner de l’amour. Croyez-moi, avec un testament, vous pouvez faire des miracles pour des enfants qui en ont vraiment besoin ! »

En Belgique aussi, il y a de nombreux enfants qui ne peuvent grandir et s'épanouir dans un foyer chaleureux. Vous pouvez veiller à ce qu'ils grandissent dans une famille.

Devenez sponsor
Sharing is caring: