Caroline la courageuse part un an en Irlande

"Tous les papiers sont remplis, le contrat est signé."

Les projets SOS en Wallonie

Partir étudier à l’étranger est un fameux défi pour tout le monde. On découvre un autre pays, d’autres personnes et d’autres coutumes, on doit se faire de nouveaux amis… Beaucoup de filles de son âge ne s’y risqueraient pas. Caroline, elle, a décidé de tenter l’aventure. Elle vit au Village d’Enfants SOS Chantevent, près de Marche-en-Famenne, et fera sa cinquième année d’humanités en Irlande.

Une première prise de contact

Caroline est une jeune fille de seize ans qui ne s'en laisse pas conter. Lorsqu’elle parle de sa future aventure, elle sait parfaitement de quoi il retourne. "L’année dernière, j’ai déjà fait un séjour dans une famille en Angleterre, sur l’île de Wight. J’y suis retournée cette année pendant les vacances de Pâques. J’y ai fréquenté l’école pendant une semaine. L’an prochain, je compte faire là-bas ma cinquième année secondaire avec le WEP (World Education Program), une organisation qui s’occupe de projets d’échange partout dans le monde."

Pourquoi l’Irlande ? "J’ai très envie d’aller dans un pays anglophone, car je veux vraiment améliorer mon anglais. Ben oui, le français, je connais déjà (rire) !"

J’organiserai bientôt un spaghetti géant. A ce stade, j’ai à peu près la moitié de l’argent dont j’ai besoin. Il me faut donc persévérer !

Caroline

Spaghettis géants et brocantes

En attendant, Caroline prépare activement son voyage. Pour partir, elle a non seulement besoin de beaux projets,mais aussi d’argent: "Le week-end, je travaille au terrain d’aviation près de chez nous. J’y fais un peu de tout, surtout servir les repas en salle. Je ne peux évidemment travailler qu’un certain nombre de jours par an. Par ailleurs, j’ai pris contact avec le Rotary Club, qui accepte de me sponsoriser en partie. Je vends aussi des cadres et des babioles à labraderie de Grune".

En route

Si Caroline sait déjà qu’elle va en Irlande, elle ignore encore où exactement. "Tous les papiers sont remplis, lecontrat est signé, tout le monde est d’accord… Je pars donc quoi qu’il arrive. Enfin, je dois d’abord réussir mes examens mais, normalement, ça devrait aller. Simplement, je ne sais pas encore dans quelle famille je vais me retrouver; le WEP me le feras avoir quelques semaines avant la rentrée de septembre. Suspense..."

En relevant un tel défi, Caroline fait ses premiers pas vers l’autonomie. Après son année en Irlande, elle compte vivre de façon autonome à Marche en-Famenne et y poursuivre ses études, toujours encadrée par SOS. Nous sommes dès à présent très fiers de cette courageuse jeune femme !

Les premiers pas vers l’autonomie représentent un défi pour tout le monde. Et plus encore pour les jeunes de l’Aide à la jeunesse. Aidez des jeunes comme Caroline à faire leurs premiers pas vers l’âge adulte.

Faites un don
Sharing is caring:
Les projets SOS en Wallonie