Des sœurs jumelles retrouvent leur maman

Michael
Michael
29 mai 2017

Luna et Maria ont vu leur maman partir quand elles avaient deux ans. Elle a été contrainte de s’installer en ville pour trouver du travail et a confié ses filles à leur grand-mère. SOS Villages d’Enfants a travaillé intensivement avec la famille.

Nous sommes à Riosucio, en Colombie. Nelcy, la maman de Luna et Maria, est devenue mère alors qu’elle n’avait pas dix-huit ans. Et elle n’est pas la seule : en Colombie, une adolescente sur cinq est déjà mère ou attend un bébé. Peu après la naissance, la toute jeune famille est mise à rude épreuve. Le père ne prend pas ses responsabilités et est absent. Nelcy ne dispose ni des connaissances ni des compétences nécessaires pour élever des jumelles. Et sa situation économique est loin d’être facile. A Riosucio, elle ne trouve pas de travail. Après un an environ, elle se voit contrainte de faire un choix terrible : elle confie ses enfants aux bons soins de leur grand-mère, sa mère à elle, et elle déménage dans une ville, à trois heures de route, pour chercher un travail.

Mamy Maria Rosmira se voit ainsi confier une tâche qui, à son âge avancé, est trop lourde pour elle. Luna et Maria grandissent dans un contexte difficile, sans nourriture équilibrée, sans soins médicaux et avec très peu d’attention pour leur développement.

Elles me manquaient beaucoup, mais je savais qu’elles étaient en sécurité

La maman de Luna et Maria

Premiers mots

Le Programme SOS de renforcement de la famille de Riosucio apprend la situation des petites et décide de soutenir la famille. Chaque jour de la semaine, leur mamy amène Luna et Maria dans notre maison communautaire, à huit pâtés de maisons de chez elle, dans un panier de portage traditionnel. Sur place, deux femmes pleines de dynamisme et de ressources accueillent une quinzaine d’enfants. Avant toute chose, nous équilibrons l’alimentation des jumelles. Nous complétons les maigres repas qu’elles reçoivent chez leur grand-mère par un repas de midi adapté et deux collations saines.

Par ailleurs, ces deux femmes développent la motricité, l’attention, la mémoire et la connaissance de la langue chez les enfants qui leur sont confiés. C’est avec elles que Luna et Maria prononcent leurs premiers mots, à la grande joie de leur maman : « Leur mamy m’a raconté qu’elles commençaient à parler et à chanter. Elles me manquaient beaucoup, mais je savais qu’elles étaient en sécurité et qu’elles évoluaient bien. »

Plan de développement

Les fillettes ont repris des forces et sont désormais en bonne santé. SOS Villages d’Enfants réussit alors à convaincre Nelcy de revenir à Riosucio. A la grande joie des fillettes bien sûr, qui retrouvent l’amour inconditionnel de leur mère. Avec le concours de la grand-mère et de Nelcy, SOS Villages d’Enfants met en place un plan de développement pour la famille. Nous les aidons à monter une petite entreprise agricole et à développer leurs compétences éducatives de parent et grand-parent. Au fil du processus, nous sentons que Nelcy prend davantage confiance en elle en tant que parent et chef de ménage. La relation avec sa mère est solide et, avec le soutien de la Maison communautaire SOS, Luna et Maria ne manquent plus de rien. La petite entreprise agricole doit permettre à la famille de subvenir à terme aux besoins des fillettes.

Le « minga » comme lien

Le minga est une coutume colombienne qui veut que les habitants d'une même région travaillent ensemble sur un projet pour le bien de la communauté, une action de solidarité, donc. SOS Villages d’Enfants relance cette tradition, et Nelcy et sa famille participent ainsi au tissage et à la décoration de paniers traditionnels. Pour les enfants, c’est une école d’apprentissage : ils découvrent les plantes locales et l’usage qu’on peut en faire, et apprennent des rudiments d’artisanat. Pour Nelcy, c’est une démarche intéressante pour se constituer un réseau de soutien social avec d’autres mères. Et le produit de la vente des paniers sert à soutenir d’autres familles vulnérables de Riosucio.

Devenez parrain ou marraine et offrez à un enfant seul un foyer et un avenir

Je deviens parrain/marraine
Lire plus d'articles sur:

Je deviens parrain ou marraine

et j’offre pour minimum 30€ par mois un foyer et un avenir à un enfant.

Choisissez le montant
Sexe de l'enfant
Âge de l'enfant
De préférence, dans cette région,
Vos données
Votre numéro de compte
Paiement mensuel par domiciliation: Plus d'infos
Remarques