Nos héros en Syrie : Rencontre avec Mohammed, Leila, Ousama, Lara et Rose

Michael
Michael
15 janvier 2019

Depuis le début de la guerre en Syrie, 5,6 millions de Syriens ont dû fuir leur pays. Parce qu’ils avaient perdu leur foyer, parce qu’ils craignaient pour leur vie, parce qu’ils n’avaient pas d’autre choix. Ceux que nous vous présentons ici ont décidé de rester malgré tout, pour aider les familles. Dans un pays où les droits des enfants sont bafoués, ils sont de véritables « bouées de secours », une lueur d’espoir dans ce chaos incompréhensible.

Mohammed

  • Fonction : éducateur
  • Ville d'origine : Damas
  • Chez SOS : depuis mai 2017
  • Avant la guerre : réceptionniste dans un hôtel

« Je suis éducateur au centre d’accueil temporaire de SOS Villages d’Enfants à Tartous. Pendant cinq jours d’affilée, je m’occupe nuit et jour de six à huit enfants. Mon collègue prend ensuite la relève les cinq jours suivants. Le plus grand défi pour moi est de gagner la confiance des enfants. Ce que la population doit affronter aujourd’hui en Syrie, c’est tout simplement trop lourd, surtout pour les petits. Au début, les enfants sont souvent méfiants, même les uns envers les autres. Je leur fais sentir qu’ils sont en sécurité, je leur donne l’occasion d’exprimer leurs besoins et leurs désirs. Et je fais le plus possible de cet endroit un foyer pour tout le monde. C’est ce qui me motive jour après jour. Ces enfants sont tellement soulagés de retrouver une vie normale, comme prendre le petit-déjeuner ensemble, faire de chouettes activités ou aller à l’école. »

Leila

  • Fonction : assistante sociale
  • Ville d'origine : Tartous
  • Chez SOS : depuis 2016
  • Avant la guerre : institutrice maternelle

« En ma qualité d’assistante sociale dans notre centre d’accueil temporaire de Tartous, je cherche à savoir quels enfants ont le plus besoin d’un accueil. Je les accompagne pendant leurs premiers jours chez nous puis je me mets à la recherche de leur famille. Si nous la trouvons, nous voyons alors ensemble si et comment elle peut à nouveau offrir un foyer sûr aux enfants. Ce n’est pas toujours simple : la guerre fait des ravages dans les foyers. Parfois, les familles demandent que nous nous occupions encore quelque temps de leurs enfants, parce qu’elles sont elles-mêmes tellement meurtries. Par le biais de notre programme de renforcement de la famille, nous les aidons à remonter la pente. Le lien de confiance que nous tissons avec elles à travers ce processus est ce qu’il y a de plus valorisant dans mon travail. Même si, en fait, c’est beaucoup plus qu’un travail, car cela ne s’arrête jamais − ce n’est pas comme un ordinateur que l’on peut éteindre ! »

Ousama

  • Fonction : chef de l’équipe de bénévoles
  • Ville d'origine : Homs
  • Chez SOS : depuis avril 2017
  • Avant la guerre : étudiant

« Avec nos bénévoles, je coordonne les activités dans notre Espace réservé aux enfants à Tartous. Ces activités sont pensées et organisées avec le concours de la psychologue. Nous commençons par briser la glace avec des chansons, des danses, du théâtre, afin que tous les enfants se sentent à l’aise et en sécurité. Par le jeu, nous développons alors leurs ‘life skills’, en fonction de leur âge bien sûr. Nous apprenons ensemble à cuisiner, par exemple. Ou nous faisons des jeux où les plus jeunes apprennent à calculer. L’après-midi, nous nous concentrons sur le soutien psychosocial. À travers des histoires et des conversations avec les enfants, nous les aidons à donner une place à ce qu’ils ont vécu et nous leur fournissons des outils pour mieux affronter les situations difficiles à l’avenir. En d’autres mots, la résilience. Et nous terminons la journée plus légers. »

Lara

  • Fonction : psychologue à l’Espace réservé aux enfants
  • Ville d'origine : Tartous
  • Chez SOS : depuis mars 2018
  • Avant la guerre : psychologue dans un orphelinat

« En tant que psychologue, je contribue à donner forme aux activités de l’Espace SOS réservé aux enfants à Tartous. J’observe comment les petits évoluent et je repère les signaux qui indiquent des traumatismes non surmontés ou d’autres difficultés psychologiques. J’entame alors un parcours individuel avec ceux qui ont besoin d’un accompagnement supplémentaire. Un élément très important dans ce contexte est que les enfants se sentent bien, en toute sécurité, tant auprès de moi que chez SOS Villages d’Enfants en général. Nous y parvenons presque toujours. L’Espace réservé aux enfants ouvre à 9 heures. Et chaque jour, des enfants patientent devant la porte. Je suis certaine que nous représentons beaucoup pour eux. C’est ce qui me motive. »

Rose

  • Fonction : psychologue au centre d’accueil temporaire
  • Ville d'origine : Homs
  • Chez SOS : depuis mars 2018
  • Avant la guerre : coach en développement personnel

« J’établis un plan de développement individuel pour chaque enfant de notre centre d’accueil temporaire. Il y est question de leur développement personnel, par exemple sur le plan de la santé mentale, de l’enseignement ou des ‘life skills’, ainsi que de leur situation familiale. Je participe à la recherche de leur famille et j’essaie autant que possible de réunir parents et enfants. Dans ce cadre, il faut aussi accompagner les parents (ou la famille), pour s’assurer que les enfants seront en de bonnes mains. Parents comme enfants ont souvent vécu le pire : ils ont été victimes d’abus, de violence, exploités, privés d’abri… Cela rend le travail particulièrement sensible. C’est formidable de constater les progrès rapides réalisés par les enfants. Nous en rencontrons beaucoup qui ont des difficultés de langage, par exemple. Parce que leurs parents sont devenus taciturnes avec la guerre. Ou parce qu’ils se sont retrouvés seuls au monde. Lorsque nous voyons qu’après deux ou trois semaines, ces enfants se mettent volontiers à nous parler et même abondamment, cela fait vraiment plaisir ! »

Donnez à ces personnes les moyens d'aider les enfants en Syrie. Soutenez-les avec un don mensuel.

Aidez les enfants
Lire plus d'articles sur: Syrie

J'aide des enfants à retrouver un foyer chaleureux

Avec un don à partir de 12 euros par mois.

Choisissez le montant
Je soutiens
Vos données

Plus d'infos sur la domiciliation européenne ? Cliquez ici

Votre numéro de compte
Paiement mensuel par domiciliation: Plus d'infos
Remarques